Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer la page
Affiche Salon du livre 2013
© Photographie : Laurence Edeline

lundi 25 mars 2013

Un plan en faveur de la librairie indépendante

Après une large consultation des représentants de tous les métiers du livre, qui va encore se poursuivre, Aurélie Filippetti a présenté le 25 mars plusieurs « mesures opérationnelles » en faveur de la librairie indépendante, qu’elle a soumises au Président de la République et au Premier ministre.

Un secteur particulièrement fragilisé. Au salon du livre, Aurélie Filippetti a annoncé la mise en place prochaine d'un médiateur du livre et la création d'un fonds d'avance de trésorerie de 5 millions d'euros destiné aux libraires. Ce fonds sera sous la responsabilité de l'IFCIC (Institut pour le financement du cinéma et des industries culturelles).
Pour protéger un secteur particulièrement fragilisé, le dispositif d'aide à la transmission des fonds de librairies sera renforcé avec 4 millions d'euros supplémentaires alloués à l'ADELC (Association pour le développement de la librairie de création).

Faire respecter le prix unique. Quant au médiateur du livre, il sera une autorité administrative indépendante, qui interviendra pour faciliter la conciliation des litiges, particulièrement de ceux qui concernent le respect du prix unique du livre papier (Loi Lang de 1981) et du livre numérique (Loi de 2011). En cas d'échec de cette conciliation, le médiateur pourra saisir la justice. Aurélie Filippetti souhaite aussi doter les agents de ses services « de la possibilité de constater les infractions commises à l'égard du prix unique ». 

Une économie spécifique. Avant d’inaugurer en présence d’Aurélie Filippetti le 33e salon du livre, le Président de la République, François Hollande, avait réaffirmé devant les professionnels son soutien à toute la filière, et en particulier à la librairie. « Les livres font partie de notre histoire, de notre identité et notre devoir c'est de les rendre accessibles à tous. Le livre c'est aussi une économie, avec 4 milliards d'euros et 10.000 emplois directs", avait rappelé le Président. « Et il faut pour le livre, comme pour tous les biens culturels, une économie spécifique ».
François Hollande s’était notamment réjoui « que les auteurs et les éditeurs aient pu s'entendre sur le contrat d'édition à l'ère du numérique » signé officiellement jeudi 21 mars au ministère de la Culture et de la Communication, entre le Conseil permanent des écrivains et le SNE.

Numérique: l’iDpF à Paris. Ce 33e salon du livre  a accueilli l’international Digital publishing Forum pour son premier congrès organisé en Europe. L’iDpF est une association non lucrative qui travaille au développement et la promotion de l’édition électronique, particulièrement par la mise au point de standards pour la lecture numérique. L’iDpF encourage le développement d’applications et de produits au service des créateurs de contenu, des fabricants de systèmes de lecture et les consommateurs.
Selon le SNE, les revenus en 2011 de l'édition numérique sont en hausse de 7,2% avec 56,8 millions d'euros. L'édition numérique dématérialisé progresse rapidement tandis que l'édition numérique sur support physique est en baisse Les revenus de l'édition numérique représentent 2% du chiffre d'affaire des éditeurs. 
Le marché se développe plus tardivement qu'aux Etats Unis et au Royaume Uni, mais de façon comparable au reste de l'Europe continentale. 
Le taux d'équipement des liseuses est relativement faible en France. Les tablettes ne sont pas un support privilégié pour la lecture (10% du temps d'utilisation consacré à la lecture selon GfK).

Lettres roumaines. Le Salon a mis à l’honneur les lettres roumaines avec une sélection de 27 auteurs dont une dizaine de romanciers découverts en 2012 par les éditeurs français : des essayistes, auteurs de roman graphique, dramaturges, poètes et des romanciers… Par ailleurs, 45 pays présenteront leur production éditoriale.

Barcelone ville invitée. Pour la troisième année consécutive, le salon du livre a célébré une grande ville culturelle et littéraire. Après Buenos Aires en 2011 et Moscou en 2012, Barcelone était la ville invitée en 2013. Le projet était piloté par l’institut catalan Ramon Llull en partenariat avec l’institut français.
 

Le salon du livre 2013 a accueilli 30 000 professionnels (dont 3 000 bibliothécaires et documentalistes, 2 000 libraires), plus de 2  000 auteurs, près de 1  200 exposants et enfin plus de 190 000 visiteurs (soit une augmentation de près de 3% de sa fréquentation).